Le Bourgeois gentilhomme de Molière pour clore la saison

Tout nouvellement créé le 7 juin, ce spectacle de la Compagnie Jérôme Deschamps vient clore en beauté la troisième saison de Théâtre à Pau, vendredi 14 et samedi 15 juin 2019. Le spectacle est complet.

Rebond : rencontre 1h avant les représentations avec l’équipe du spectacle et Juliette Deschamps, avec la complicité de la Classe à Horaires Aménagés Théâtre de Lescar.

Photo : Marie Clauzade

LE BOURGEOIS GENTILHOMME

Comédie-ballet de Molière avec la musique de Lully*

Mise en scène de Jérôme Deschamps

Direction musicale Marc Minkowski, Thibault Noally et David Dewaste

Avec

  • Flore Babled, Lucile
  • Jean-Claude Bolle Reddat, Maître de Philosophie
  • Sébastien Boudrot, Maître de musique, Tailleur
  • Vincent Debost, Covielle, Maître d’armes
  • Jérôme Deschamps, Monsieur Jourdain
  • Pauline Deshons, Dorimène
  • Aurélien Gabrielli, Cléonte
  • Guillaume Laloux, Dorante, Maître de danse
  • Josiane Stoleru, Madame Jourdain
  • Pauline Tricot, Nicole

Avec Les Musiciens du Louvre
L’Académie des Musiciens du Louvre, en partenariat avec le Jeune Orchestre de l’Abbaye et le CRR de Paris

  • Direction musicale : David Dewaste
  • Violons 1 : Laurent Lagresle, Geneviève Staley-Bois
  • Altos : Maialen Loth, Alba Encinas, David Glidden
  • Violoncelle : Elisa Joglar
  • Hautbois : Guillaume Cuiller
  • Basson : Arnaud Condé
  • Percussions : David Dewaste
  • Clavecin : Mathieu Dupouy
  • Luth : Kseniya Ilicheva

 

  • Chanteurs : Sandrine Buendia (soprano), Paco Garcia (haute-contre), Lisandro Nesis (ténor), Jérôme Varnier (basse)
  • Danseurs : Pierre Guilbault, Maya Kawatake Pinon, Léna Pinon Lang, Antonin Vanlangendonck

 

  • Décor : Félix Deschamps
  • Costumes : Vanessa Sannino
  • Chorégraphie : Natalie van Parys
  • Lumières : François Menou
  • Assistants à la mise en scène : Sophie Bricaire, Damien Lefèvre
  • Perruques : Cécile Kretschmar
  • Accessoires : Sylvie Châtillon
  • Assistante décor : Isabelle Neveux
  • Assistante costumes : Karelle Durand
  • Chef atelier costumes : Lucie Lecarpentier
  • Régie Générale : Eric Proust

Nos remerciements à Richard Peduzzi.

Production Compagnie Jérôme Deschamps

Coproduction Printemps des Comédiens, Opéra-Comique, Opéra National de Bordeaux, Opéra Royal – Château de Versailles Spectacles, Les Musiciens du Louvre, Célestins – Théâtre de Lyon, Théâtre de Caen, Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale

La Compagnie Jérôme Deschamps est soutenue par le Ministère de la Culture.

Les Musiciens du Louvre sont subventionnés par la Région Auvergne Rhône-Alpes, le Ministère de la Culture (DRAC Auvergne Rhône-Alpes)

Le spectacle est soutenu par la SPEDIDAM et la Région Ile de France

* Éditions Nicolas Sceaux (2014)
Durée : 3 heures avec entracte (1re partie 1h40, entracte 20min, 2nde partie 1h)

Photo : Marie Clauzade

Résumé

Riche bourgeois, Monsieur Jourdain entend acquérir les manières des gens de qualité. Il décide de commander un nouvel habit plus conforme à sa nouvelle condition et se lance dans l’apprentissage des armes, de la danse, de la musique et de  la philosophie, autant de choses qui lui paraissent indispensables à sa condition de gentilhomme. Il courtise Dorimène, une marquise veuve, amenée sous son toit par son amant, un comte autoritaire, qui entend bien profiter de la naïveté de M.  Jourdain et de Dorimène. Sa femme et Nicole, sa  servante, se moquent de lui, puis s’inquiètent de le voir aussi envieux, et tentent de le ramener à la réalité du prochain mariage de sa fille Lucile avec Cléonte. Mais ce dernier n’étant pas    gentilhomme, Monsieur Jourdain refuse cette union. Cléonte décide alors d’entrer dans le jeu des rêves de noblesse de Monsieur Jourdain, et avec l’aide de son valet Covielle, il se fait passer pour le fils du Grand Turc. Il obtient ainsi le consentement de Monsieur Jourdain, qui se croit parvenu à la plus haute noblesse après avoir été promu « Mamamouchi » lors d’une cérémonie turque burlesque organisée par les complices de Covielle.

Note d’intention

Il n’est pas celui qu’on croit, un ridicule sottement ambitieux, en appétit des honneurs, mais un bourgeois qui s’ennuie et qui désire s’élever, quitter la vie routinière et devenir  un « homme de qualité » par la  culture. Il rêve…

Bien sûr, ignorant de ces matières, de leur contenu le plus simple, il n’en connaît que les signes extérieurs qui l’attirent, et sa naïveté nous amuse. Les autres rient de lui, on s’en moque, on  le croit fou. Il rêve…

Et je veux ici faire partager sa solitude au milieu de ceux qui le dupent, son émerveillement devant le paradis qu’il croit voir naître sous ses yeux. Et rêver…

Jérôme Deschamps

Jérôme Deschamps
Mise en scène et Monsieur Jourdain

Jérôme Deschamps naît à Neuilly-sur-Seine. Deux oncles influents : le premier est acteur, Hubert Deschamps, le second cinéaste, Jacques Tati. Elève au Lycée Louis-le- Grand, il fréquente l’Atelier théâtral et rencontre Patrice Chéreau et Jean-Pierre Vincent, avant d’entrer à L’Ecole de la Rue Blanche puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Il entre pour trois ans à la Comédie Française. Antoine Vitez le mettra en scène à plusieurs reprises.

Il fonde avec Macha Makeïeff la compagnie de théâtre qu’ils dirigent ensemble. Ils créent plus de 20 spectacles en France et à l’étranger dans lesquels il joue. Pour Canal +, il crée avec Macha Makeïeff la série-culte : les Deschiens.

Entre 2007 et 2015 il dirige l’Opéra Comique, auquel il redonne un rayonnement international et une identité fondée sur son répertoire historique.

En 2016, il fonde la Compagnie Jérôme Deschamps, soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication, avec laquelle il produit Bouvard et Pécuchet et Le Bourgeois gentilhomme.

Les Musiciens du Louvre

Fondés en 1982 par Marc Minkowski, Les Musiciens du Louvre font revivre les répertoires baroques, classique et romantique sur instruments d’époque.

Depuis trente ans, l’Orchestre s’est fait remarquer pour sa relecture des œuvres de Haendel, Purcell et  Rameau, mais aussi de Haydn et de Mozart, ou plus récemment de Bach et de Schubert.  Il est également reconnu pour son  interprétation de la musique française du 19ème siècle : Berlioz (Les Nuits d’été, Harold en Italie), Bizet (L’Arlésienne), Massenet (Cendrillon)…

Parmi ses récents succès lyriques :  Orfeo ed Euridice (Salzbourg, MC2 Grenoble), Les Contes d’Hoffmann (Salle Pleyel), La Périchole (Salzbourg), Don  Giovanni (Opéra Royal deVersailles), Così fan tutte (Opéra Royal de Versailles), Alceste (Opéra de Paris)  et Armide (Staatsoper de Vienne), Alcina de Handel (Staatsoper de   Vienne), un gala de Mozart pour les 30 ans de l’Orchestre ou Der fliegende Höllander de Wagner (Opéra Royal  de  Versailles, MC2 Grenoble, Konzerthaus de Vienne).