Pierre Arditi en remplacement du spectacle Bonsoir de Frédéric Mitterrand

Le spectacle Bonsoir, initialement programmé les 8 et 9 octobre au théâtre Saint-Louis est annulé pour des raisons indépendantes de notre volonté. Ce spectacle est remplacé par Pierre Arditi lit ce qu’il aime les 6 et 7 janvier 2020. Les remboursements sont possibles auprès de l’Office de Tourisme jusqu’au 1er décembre et uniquement pour les billets achetés à l’unité.

 

Les détenteurs de places (à l’unité ou abonnés de la saison Théâtre à Pau) pour la représentation de Bonsoir du mardi 8 octobre 2019 bénéficieront d’un report automatique des places pour la représentation du lundi 6 janvier 2020 de Pierre Arditi lit ce qu’il aime et ceux du mercredi 9 octobre 2019 pour la représentation du mardi 7 janvier 2020. Inutile d’échanger les billets : les tickets de Bonsoir restent valables pour le nouveau spectacle.

Les détenteurs de places à l’unité qui ne souhaitent pas bénéficier de ce report pourront contacter l’Office de Tourisme afin d’en demander le remboursement avant le 1er décembre 2019, délai de rigueur : Office de Tourisme de Pau – Place Royale à Pau / 05 59 27 27 08 /  accueil@tourismepau.fr

A propos de Pierre Arditi lit ce qu’il aime

Becker’s Prod présente, “ Pierre Arditi lit ce qu’il aime “, un spectacle crée et conçu par Pierre Arditi, avec les textes de Jean-Michel Ribes ou/et Yasmina Reza ou/et Michel Onfray ou/et Philippe Delerm

Une chaise, une table, et lui, Pierre Arditi.  Sa voix, et des textes d’aujourd’hui qu’il aime, admire.
« J’ai tellement aimé les lire, dit le comédien, que j’ai eu envie d’en faire profiter les autres. »

Complice de Jean-Michel Ribes de Palace à Musée haut, musée bas, Pierre Arditi se plonge avec délice dans Mille et un morceaux irrésistible livre-portrait de l’iconoclaste directeur du Rond-Point. Autres soirées, autres programmes. Pierre Arditi lit Heureux les heureux de Yasmina Reza dont il a créé l’un des plus grands succès au théâtre Art. Et enfin, dans un dernier cycle, il choisit les meilleures pages de Je vais passer pour un vieux con de Philippe Delerm, auxquelles il ajoutera la préface de Michel Onfray pour son essai “ Cosmos “, émouvant portrait de son père. Un ensemble de textes attachant, insolent, surprenant.  Il offre ici, en joueur-lecteur, des mots qui le font vivre.