Mardi 30 avril et mercredi 1er mai 2019 à 20 heures
Théâtre Saint-Louis

Depuis la première représentation en juin 1666, les mises en scène de cette pièce ont proposé de nombreuses versions d’Alceste. Celui qu’a interprété Molière au Palais Royal était comique et ridicule, en rubans verts. La pièce fut dite autobiographique car elle suivait sa dispute avec Racine, ses tourments amoureux, ses déboires avec la censure en particulier pour le Tartuffe de 1664. Mais en 1665, la troupe de Molière est devenue la troupe du Roi, et tout n’est plus si amer pour Jean-Baptiste Poquelin. «  La société de cour  » est alors la principale formation élitaire du pays. La nécessité de s’imposer et de se maintenir au sein d’une telle formation sociale lie chacun aux autres par d’étranges contraintes que tantôt il exerce ou tantôt subit. La comédie de l’insolent Molière dépeint le ridicule et les excès de cet ordre hiérarchique rigide à l’Étiquette minutieuse.

Gilles Privat que l’on a pu applaudir la saison passée en fomidable Monsieur de Pourceaugnac revient cette fois sous les traits du misanthrope Alceste, et sous la direction d’Alain Françon, plusieurs fois récompensé par le Molière du meilleur metteur en scène.

De Molière
Comédie en cinq actes et en vers (1666)
Mise en scène d’Alain Françon
Production du Théatre des nuages de neige